top of page
  • Photo du rédacteurGuillaume PelletBourgeois

Réguler ses émotions pour mieux décider



Extrait de ma chronique du 7 octobre 2020 dans Harvard Business Review


Le 5 mai 2020, la compagnie aérienne Virgin Atlantic annonce la suppression de 3150 emplois. Neuf jours plus tard, son président Richard Branson prend la lourde décision de dire stop au projet de vol spatial commercial Virgin Galactic et vend 400 millions de dollars d’actions. En l’espace de quelques jours Richard a fait des choix essentiels pour sauver son empire.


« Suis-je en mesure de gérer mes émotions lorsque des choix difficiles s’imposent à moi ? »

Lucidité est mère d’efficacité


Chaque jour, la crise du coronavirus impose des choix aux dirigeants : restructuration, réduction des coûts, suppression d’emplois…. Dans cet environnement anxiogène, savoir analyser avec lucidité le périmètre d’une situation est vital pour ne pas « éteindre » son cerveau. En 2018, des chercheurs de l’université du Texas ont montré que des concentrations élevées en cortisol, la principale hormone du stress, entraînent une réduction du volume cérébral et des altérations cognitives. Mieux vaut y réfléchir à deux fois !


En tant que leader, votre lucidité dépend de votre intelligence émotionnelle. Et plus spécifiquement de votre capacité à réguler vos émotions. En 1994, le psychosociologue Daniel WEGNER a formalisé le concept de « l’effet rebond » qui montre que s’interdire des émotions ne fait que les amplifier. En les identifiant, en les nommant et en les acceptant, le dirigeant libère des ressources cognitives essentielles pour s’adapter à une situation complexe.


Kommentare


bottom of page