top of page
  • Photo du rédacteurGuillaume PelletBourgeois

La persévérance : 6 conseils pour prendre les choses en main

Dernière mise à jour : 3 sept. 2019



En cette fin d'hiver, l'heure est aux bilans. Les taux de réussite aux examens du Diplôme d’État de Moniteur de Ski Alpin viennent sanctionner les heures passées sur les skis pour les élèves du lycée Frison-Roche de Chamonix. Le test technique (1ère étape de ce diplôme) a vu 18 élèves réussir sur les 24 qui se présentaient en 2019. Quand on sait qu'au niveau national, le taux de réussite est entre 30 et 40%... la cuvée 2019 est un très bon cru avec 75% de réussite.

Parmi les lauréats, certains ont réussi à leur première tentative, d'autres à leur deuxième, leur troisième.... ou même leur cinquième fois!

Parmi ceux qui ont échoué, certain(e)s revenaient pour la sixième fois retenté leur chance. Le test technique est ainsi fait. Deux tentatives par hiver. Quatre manches de slalom par hiver. Quatre fois 50 secondes environ par hiver. Au final, 200 secondes par an pour remplir son objectif !

Ce n'est pas une mince affaire de se préparer efficacement et réussir.... malgré les aléas météorologiques, nivologiques, la forme du moment (fatigue, maladie...), le tirage au sort du dossard, etc..... La marge d'erreur est très faible. Et l'échec répété est souvent source de pleurs, de déception, de démotivation. La persévérance est alors la seule voie pour se relancer et retenter sa chance pour remplir son objectif.




La persévérance, c'est quoi?

La persévérance est comme un muscle qui se renforce par l’entraînement, la méthode et les encouragements !

On peut la définir comme la poursuite d’un objectif et le fait de consentir des efforts pour l’atteindre. Elle se développe dès le plus jeune âge. L'exemple le plus marquant est l'apprentissage de la marche. Ainsi, en moyenne, un bébé persévère 2000 fois avant de réussir à marcher.... autant dire une éternité !


Comment prendre les choses en main?

Le problème des candidats qui échouent au test technique, c'est qu'ils remettent souvent en cause tous les efforts qu'ils ont consenti au regard du résultat... La déception n'en est que plus grande. Mon discours bienveillant s'oriente alors autour du réconfort, de l'encouragement, de la mise en lumière des progrès réalisés. L'idée est de transformer l'échec en opportunité d'apprentissage pour que la prochaine tentative soit la bonne.

Il faut laisser le temps de digérer l'échec... puis vient le temps de faire le bilan de la préparation (physique, technique, tactique et mentale) : ce qui a marché, ce qui n'a pas fonctionné.... et on repart sur un cycle de préparation pour l'hiver suivant avec un objectif à J-300 ! Cela peut rapidement décourager les jeunes à une période où se projeter si loin n'est pas facile pour eux. La clé est alors la motivation : "est-ce que je suis prêt à prendre les choses en main?"




Et c'est à ce moment que la persévérance est gage d'une réussite future. En effet, c'est comme si Roger Federer avait arrêter de s'entraîner une fois la place de numéro 1 mondial atteinte.... inconcevable. Une fois au haut-niveau, on continue à s'entraîner.... toujours... encore.... c'est sans fin. Et c'est la même chose pour le test technique...

"Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal".

Le test technique n'est pas une fin en soi. Il reste ensuite 2 semaines de cycle préparatoire, l'examen de l'Eurotest, 9 semaines de formation à l'ENSA avant de devenir moniteur de ski et obtenir ainsi son diplôme d'état. La route est encore longue.... et finalement,

c'est le "courage de continuer qui compte".

Voici pour conclure 6 conseils que je mets en place dans le cadre de la formation du lycée Frison-Roche de Chamonix pour augmenter la capacité de persévérance et prendre les choses en mains (en s'appuyant sur l'article "Persévérez dans votre entraînement sportif" de Bastien Wagener) :


1. Déterminez vos objectifs

Un objectif est une cible pour notre cerveau. Adoptez une approche réaliste et mesurée. Lorsque nous le verbalisons ou l’écrivons, une structure dans notre cerveau appelée le Système d’Activation Réticulaire s’active et contribue à la réalisation des objectifs clairement établis de façon consciente et surtout inconsciente.


2. Faites l’inventaire de vos activités

Tout comme le fait de tenir ses comptes permet de voir comment on dépense son argent, faire un relevé de vos activités vous donnera une vision claire de ce à quoi vous passez votre temps, ce qui vous permettra par la suite de réorganiser les choses.


3. Trouvez l’activité qui vous plaît

Que vous aimiez courir, pratiquer le yoga ou faire du badminton, il est important de mettre votre énergie dans des activités qui vous plaisent. C’est en choisissant celles-ci et en vous amusant lors de vos séances que vous respecterez votre programme d’entraînement.


4. Notez vos séances sur votre agenda

Prenez rendez-vous avec vous-même, voire avec des partenaires d’entraînement. Engagez-vous pour atteindre vos objectifs.


5. Tenez un journal

Comme pour toute activité soutenue s’appuyant sur des objectifs à long terme, il est important de pouvoir garder une trace de ce que vous faites. Ceci vous permettra de mesurer votre progression et d’analyser ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas (et pour quelles raisons).



6. Ne soyez pas binaires

Si vous n’avez pas le temps pour une séance complète, ne renoncez pas à vous entraîner pour autant. De même, devoir sauter une séance n’est pas une raison pour abandonner purement et simplement ses objectifs. En effet, certaines circonstances peuvent justifier ce manquement à votre programme. Restez positif et concentrez-vous sur votre progression plutôt que sur le seul objectif à très long-terme, qui peut parfois paraître inatteignable. Chaque pas vers votre objectif est important et il s’agit de faire de son mieux, et non d’être parfait en tout point tout le temps

10 vues0 commentaire

Comments


bottom of page